mercredi 8 novembre 2017

2 - "Salut vieille branche", dit le figuier

7 septembre, 17h.

Après cinq heures d'autoroute et quatre kilomètres de lacets, j'arrive au monastère de Ganagobie.
Deuxième choc.
C'est beau !
C'est même très beau.

J'insiste et prouve :

crédit photo (c) monastère ND de Ganagobie

Je gare mon véhicule sur le parking des "retraitants" et m'achemine vers l'accueil.

C'est là que mon ami le figuier se manifeste pour la première fois, en témoignant une grande affection pour mon oeil gauche en guise de bienvenue (heureusement que je porte des lunettes).


Je sonne à la porte


au dessus de laquelle le visiteur est doucement accueilli par Notre Dame et l'Enfant Jésus :


En attendant que l'on vienne m'ouvrir, j'en profite pour faire une photo de l'église abbatiale, qui a meilleure mine aujourd'hui


qu'en 1880...


On m'ouvre. Le frère hôtelier est le Frère François, "prêté" par l'abbaye de Fontgombault. Il me fait visiter l'oratoire des retraitants.


La salle de séjour de l'hôtellerie sert aussi de réfectoire pour les dames (qui ne prennent pas leurs repas avec les moines, comme le font les messieurs).


Ma chambre.


La fenêtre de ma chambre, orientée plein Est, donne sur le cloître des retraitants en groupe (le monastère peut accueillir et loger des groupes jusqu'à trente personnes) et les pieds de tomates.


17h25 sonne. Bientôt les Vêpres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire